Blague sexe courte 069

Un couple, la trentaine, tente de se divertir et de rompre avec une certaine monotonie sexuelle. Le mari, pensant bien faire, achète des dizaines de préservatifs de différents parfums: vanille, chocolat, banane, fraise… Tout heureux, il dit à sa femme :
– Devine ce que j’ai acheté?
– Quoi donc ? Répond sa femme
– Des capotes de différents parfums, on pourrait les essayer ?
Sa femme accepte avec enthousiasme et lui propose même d’aller plus loin:
– Et si j’essayais de deviner le parfum dans le noir ?
En deux temps, trois mouvements, ils se mettent tout nus et éteignent la lumière.
Tout à coup la femme prend l’objet en bouche et fait :
– humm! …. Roquefort ???
– Attends je n’ai pas encore mis le préservatif…

Blague sexe courte 051

Une belle jeune fille arriviste de 23 ans avait envie de devenir riche très vite. Elle décide d’épouser un homme de 73 ans, milliardaire, en se promettant de le baiser à mort dès la nuit de noces. La cérémonie est grandiose, avec tout le gratin naturellement. Puis vient la première nuit : La jeune fille se déshabille et attend son mari de 73 ans sur le lit, nue. Lorsque le mari sort de la salle de bain, il est nu lui aussi et la mariée découvre avec stupéfaction que son mari est en érection, que sa bite fait bien 25 cm de long, et qu’il l’a déjà coiffée d’un préservatif. En plus de ce tableau incroyable, elle constate que son mari a dans les mains des boules Quiès et un pince-nez. Evidemment, elle lui demande : Chéri, qu’est-ce que tu vas faire avec ça ? Et le mari répond : Il y a deux choses que je ne peux pas supporter dans la vie : Le bruit d’une femme qui hurle, et l’odeur du caoutchouc brûlé.

Blague sexe courte 043

Un petit garçon qui rentre chez lui avec une capote à la main, il demande :
-Maman c’est quoi ça?
-Un emballage pour gâteau.
-Alors j’ai bien fait de manger la crème !

La sécurité : une affaire vitale

« Vous êtes la personne la mieux placée pour vous protéger. »
(Linda Lou Pager)

Les maladies sexuellement transmissibles (MST)
Ce chapitre, qui traite du préservatif et des moyens d’éviter les maladies sexuellement transmissibles, est sans doute le moins attrayant. Mais je vous encourage vivement à le lire. On ne peut se permettre aujourd’hui d’avoir des relations sexuelles non protégées. Et je suis persuadée qu’avec un peu d’imagination, ces contraintes peuvent être détournées au profit de la sensualité.
Il n’y a pas si longtemps, on ne parlait que de contraception … À présent, nous sommes face à une réalité plus brutale, et nous n’en avons pas toujours conscience. Il n’y a pas que les homosexuels qui risquent d’attraper le virus HIV au cours d’un rapport, ou les morphinomanes’ par intraveineuses. Actuellement, aux États-Unis, les groupes les plus exposés au sida sont les hétérosexuelles et leurs enfants. En outre, il Y a d’autres maladies sexuellement transmissibles, et également mortelles: le cancer du col de l’utérus, l’hépatite B.
Pourquoi être irresponsable? Il n’y a rien de grossier à exiger des relations protégées tant que vous n’êtes pas sûrs l’un et l’autre d’être parfaitement sains. C’est une question de respect de soi et d’autrui – notions qui devraient être à la base de toute relation humaine, sexuelle ou non.

Ne jamais faire confiance
L’histoire d’Elena mérite réflexion. Cette femme demande au jeune homme qui la courtise s’il a fait le test du sida. Il répond qu’il est séronégatif. Six mois plus tard, ils décident de vivre ensemble. Le jour où ils s’installent dans leur nouvelle maison, Elena ressent de violentes douleurs à la poitrine et doit être hospitalisée d’urgence. On diagnostique une infection pulmonaire, due au virus HW. Enquête faite, le compagnon d’Elena est séropositif depuis deux ans. Avant Elena, il a contaminé son ex-femme et son ancienne petite amie. On n’est jamais trop prudent.

Les mécanismes de la contagion
Si vous ne vous protégez pas, vous pouvez attraper une MST à tout moment, et avec n’importe qui. Même si vous avez peu de partenaires. Même avec votre premier amant. Un Américain sur quinze a contracté une MST en l’an 2001, et un Américain sur quatre en a déjà une. Bien souvent, les personnes atteintes se portent parfaitement. Les femmes, notamment, peuvent rester des années sans savoir qu’elles ont des chlamydiae -lorsqu’elles l’apprennent, le mal est irréparable. Certaines MST non soignées peuvent aboutir à une stérilité définitive.
Ces maladies se transmettent lors d’une pénétration – vaginale, orale ou anale – ou par simple contact entre le pénis et le vagin, la bouche ou l’anus. De la syphilis au sida, une femme peut infecter un homme ou une autre femme – il suffit d’un simple contact génital. Un homme peut infecter une femme ou un autre homme. Une femme peut transmettre l’herpès à son enfant au moment de l’accouchement, et d’autres maladies en l’allaitant. Le fait d’utiliser la même seringue en intraveineuse est un facteur de risque majeur – et pas seulement pour le sida.
Soyons franc: le risque zéro implique l’abstinence totale.
Ce qui est difficile. La chasteté n’est pas le propos de ce livre. La meilleure solution consiste donc à prendre le plus de précautions possible.
L’époque où l’on faisait l’amour avec un homme qu’on connaissait à peine et qu’on ne revoyait jamais est bel et bien révolue.
En théorie, les deux partenaires devraient pratiquer tous les tests qui permettent de détecter les MST connues, attendre six mois, puis refaire ces tests. Dans l’intervalle, ils n’auront pas de rapports sexuels non protégés – ni entre eux ni avec d’autres; ils utiliseront systématiquement un préservatif pour toute pénétration.
Le préservatif vous met à l’abri d’une grossesse et des maladies vénériennes transmises par pénétration vaginale ou anale. Mais vous ne serez pas protégée des virus et des bactéries transmises lors d’un cunnilingus – saviez-vous qu’à la suite de pratiques buccales vous pouviez attraper une laryngite?
Une autre façon de minimiser les risques est de imiter e nombre de partenaires. Si ‘un des deux a plus d’un partenaire, le risque augmente. La confiance est vraiment un élément essentiel de toute relation. La plus petite infidélité, sans aucune conséquence hier, peut tuer aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’un jugement moral, mais d’un fait. Si vous trompez votre mari ou votre amant, utilisez un préservatif.
Et si vous devez vous faire des intraveineuses, ne passez la seringue à personne – et n’utilisez pas une aiguille qui a déjà servi.

Les préservatifs
Je vous ai parlé des maladies vénériennes les plus courantes – sachez que la science en a identifié plus de 50 ! Mon but n’est pas de vous effrayer, mais de vous informer. Se protéger est une question de respect de soi et d’autrui. On ne conduit pas sans assurance, on n’habite pas une maison qui n’est pas assurée.
Les préservatifs en latex sont à ce jour la meilleure garantie qui existe. S’il s’agit d’éviter une grossesse, vous pouvez oublier de prendre des précautions plusieurs fois sans être enceinte. Mais il suffit d’un rapport non protégé pour contracter une MST. Pourquoi risquer bêtement sa vie?
Les condoms en boyau d’animaux, quant à eux, ont un goût affreux. En outre, ils ne protègent que des grossesses non désirées: très poreux, ils laissent passer les germes microscopiques responsables des maladies vénériennes.
Le Nonoxynoi-9
Sachez que les gels spermicides contenant du Nonoxynol-9 ne limitent que les risques de grossesse et n’empêchent nullement la transmission des maladies vénériennes. On devrait en fait utiliser les gels spermicides en plus des condoms – et jamais en remplacement de ceux-ci. Le Nonoxynol-9 est une substance antiseptique qui détruit le virus HIV dans les expériences in vitro. Mais rien ne prouve qu’il tue le HIV qui pourrait vous infecter. Et, pour nombre de femmes, cette substance irritante – que l’on trouve dans certaines crèmes, certains gels lubrifiants, et sur les préservatifs – serait la cause de vaginites chroniques et d’infections urinaires.
La « cape» contraceptive
Le préservatif féminin – ou cape contraceptive – en polyuréthane Ovès est épais, solide. Pour l’essentiel, il s’agit d’un produit étonnant. On peut insérer les préservatifs Ovès plusieurs heures avant les rapports sexuels. On peut également utiliser un lubrifiant à base d’huile ou d’eau. Ce préservatif est idéal pour les personnes allergiques au latex et présente l’avantage d’être utilisable lors des pénétrations anales. Il a toutefois un défaut majeur: les risques de grossesse sont de 24 % sur un an !
Les préservatifs en latex
• Évitez les préservatifs fabriqués en Chine ou en Corée, souvent fabriqués avec un latex de mauvaise qualité.
• Méfiez-vous des nouveautés, par exemple du préservatif fluorescent, qui ne vous protège ni des maladies vénériennes ni des grossesses non désirées.
• Si l’idée d’acheter des préservatifs en pharmacie vous pose problème, commandez ceux-ci sur Internet (voir la liste des sites en fin d’ouvrage).
• La marque de condoms la plus utilisée par les établissements de prostitution légale au Nevada sont les produits Ansell : Prime, Contempo et Lifestyles – sans Nonoxynol-9.
Quand un préservatif craque
N’importe quel préservatif peut se rompre durant un rapport sexuel, pour maintes raisons. Gardez en mémoire les considérations suivantes si vous utilisez des préservatifs :
• une déchirure est forcément due à une manipulation incorrecte – vous avez ouvert le sachet avec les dents, gardé le préservatif dans votre portefeuille pendant des mois, utilisé un lubrifiant à base d’huile;
• à l’occasion d’une étude, le docteur Bruce Voeller, directeur de la fondation Mariposa, a découvert que les briseurs chroniques de préservatifs sont des utilisateurs forcenés de crème pour les mains, dont ils se servent comme lubrifiant sexuel. Un lubrifiant doit être à base d’eau, or la plupart de ces crèmes contiennent des huiles ou divers corps gras. Or, ceux-ci crèvent le latex. Vérifiez donc toujours la composition des produits que vous utilisez avec les condoms. Choisissez des lubrifiants à base d’eau, seuls compatibles avec le latex
Quelles excuses invoquent-ils pour ne pas mettre de préservatif?
Un plaisir moindre. Les femmes qui, dans mes séminaires, ont eu des rapports sexuels non protégés, indiquent toujours que leur compagnon éprouve moins de plaisir avec un préservatif. Il faut le reconnaître: les sensations sont moins vives. Toutefois, après la période de probation de six mois, vous pourrez – si vous êtes sains l’un et l’autre – avoir des rapports sexuels sans préservatif.
Ils sont trop petits: mensonge! Parmi les hommes qui ne se protègent pas, certains affirment qu’ils ne trouvent pas de préservatifs à leur taille: ils seraient trop petits! Chaque fois qu’un homme vous dit cela, prenez un préservatif de taille standard, resserrez vos doigts en forme de bec d’oiseau, introduisez-les et tirez le préservatif jusqu’au-dessus de votre coude (il ira jusque-là, croyez-moi, mais prenez garde à vos ongles !) Puis demandez à l’homme concerné si son sexe dépasse de beaucoup votre avant-bras. Quand je fais l’expérience dans un séminaire, je déclenche l’hilarité.
Ils sont trop petits: c’est vrai! Certains hommes sont plus à l’aise dans un préservatif surdimensionné. En effet, si votre compagnon a un sexe très large, un condom de taille normale peut le serrer à la base du pénis, ou au niveau du gland, et il peut en souffrir.

Comment leur enfiler un préservatif: la méthode italienne
Définition. Il y a une façon de mettre un préservatif qui plaît aux hommes, une astuce inventée par les « professionnelles ». Je l’ai appelée la méthode italienne. On enfile le préservatif avec la bouche.
Une petite anecdote. Il y a quelques années, une femme de cinquante-deux ans, styliste, vient me voir. Elle a rencontré un homme. Ils ont décidé d’avoir des relations sexuelles protégées. La dame, qui est divorcée, ignore la méthode italienne. Je la lui explique. Elle me quitte, très sûre d’elle, ravie de constater que ses nouvelles connaissances stimulent déjà sa libido. Le jour de leur premier rendez-vous intime, son amant sort un condom de sa poche – elle-même en a apporté plusieurs – et lui demande, penaud: « Tu sais comment mettre ce truc? » La dame le regarde et dit: « Oui, mais seulement avec la bouche. » Il n’en croit pas ses oreilles et lui demande de répéter. Ce qu’elle fait, puis, devant son insistance, elle lui avoue avoir participé à un séminaire de pratique sexuelle et d’informations sur les rapports sans risques. Quatre ans plus tard, le sérieux et les capacités sensuelles de la dame en question le séduisent toujours.
Cette histoire me ravit. Toutefois, je tiens à préciser que j’ai passé du temps avec cette dame. Je l’ai laissée faire des erreurs, puis recommencer. La méthode italienne requiert une certaine pratique – je vous suggère de vous entraîner sur un concombre, ou sur un godemiché -, mais l’effet est garanti.
Comme me l’a dit un scénariste de Los Angeles: « C’est excitant d’un bout à l’autre! J’adore regarder ses seins quand elle se penche vers moi, sentir la pression et la chaleur de sa bouche qui descend lentement jusqu’à la base de mon sexe. C’est comme si nous étions les vedettes de notre propre film X ! »
Mais attention: n’utilisez que des préservatifs en latex pour pratiquer la méthode italienne.
Entraînons-nous d’abord. Si cette méthode ne vous tente pas, ne vous forcez pas – mais utilisez néanmoins des préservatifs.
Tout d’abord, deux exercices avant de commencer: – mettre la bouche dans la position du flûtiste;
– ouvrir la bouche et recouvrir vos dents avec vos lèvres.
Passons à la pratique. La méthode italienne comprend six étapes, qu’il convient de respecter scrupuleusement :
1. Humectez vos lèvres avec un lubrifiant incolore (un gel teinté ne pose aucun problème, mais il ferait ressembler votre bouche à celle d’un clown). Vous pouvez appliquer le lubrifiant vous-même ou demander à votre partenaire de le faire.
2. Un paquet de trois condoms devrait suffire – évitez les grandes boîtes, votre partenaire en tirerait des conclusions. Sortez un préservatif de son emballage. Prenez l’extrémité en forme de tétine entre le pouce et l’index, comme si vous teniez un mini-sombrero par la pointe – mais attention: les bords du sombrero doivent s’enrouler vers l’extérieur (autrement vous ne pourriez pas dérouler le condom le long du pénis).
3. Retournez le préservatif, pointe en bas – comme si vous teniez le sombrero à l’envers – et déposez une goutte de lubrifiant à base d’eau dans le réceptacle, de la grosseur d’un petit pois. N’allez pas au-delà du réceptacle: une trop grande quantité de gel empêcherait le préservatif d’adhérer au pénis. (Pourquoi une aussi petite dose de lubrifiant? Pour deux raisons. D’une part, le condom va se dérouler en douceur sur la partie la plus sensible de son sexe – le gland. D’autre part, le condom bougera légèrement sur son gland pendant la pénétration, ce qui lui procurera des sensations plus fortes.)
4. Avancez les lèvres en les resserrant, comme si vous alliez donner un baiser à quelqu’un, mais veillez à ce qu’elles ne se touchent pas. Pendant une minute, vous allez ressembler à un enfant de chœur, mais rassurez-vous: la méprise est de courte durée. Placez le condom à l’entrée de la bouche. Pratiquez une légère succion pour maintenir les bords du sombrero à l’extérieur des lèvres – vos lèvres toujours dans la position du flûtiste.
5. Tenez son pénis d’une main et approchez votre bouche de son gland. Pas trop lentement, afin que le gel ne goule pas. Relâchez légèrement l’aspiration pour laisser le préservatif se poser sur son gland.
Collez-le au gland avec votre langue, dans un mouvement descendant.
6. Placez vos lèvres lubrifiées sur vos dents, puis poussez doucement mais fermement sur le bord du préservatif pour le faire descendre le long du pénis d’un seul mouvement. Cela ne peut marcher que si vos lèvres recouvrent vos dents. Dans le cas contraire, non seulement vous risqueriez de blesser votre partenaire, mais vous n’auriez pas la force de dérouler rapidement le préservatif jusqu’à la base du pénis – vos lèvres ont en effet besoin du soutien de vos dents. Si vous ne réussissez pas à dérouler le préservatif d’un seul coup, ne vous inquiétez pas : peu de femmes y arrivent les premières fois. Descendez aussi bas que possible, puis terminez avec vos doigts.
Attention: ne lambinez pas durant les étapes 4, 5 et 6, afin que le gel ne coule pas sur le pénis.

Extrait du livre « L’art de faire l’amour à un homme » de Linda Lou Paget.

Condom story

Ringard, le préservatif ne l’est plus depuis que l’épidémie de Sida l’a remis ou goût du Jour. Mois la carrière du préservatif est bien plus longue qu’on ne le pense et pleine de surprises.

Par Didier Dillen.

De l’ancêtre du préservatif au latex actuel, cinquante siècles au moins nous séparent. C’est en effet à l’époque des pharaons qu’apparaissent probablement les premiers condoms. De simples boyaux de mouton, employés par les soldats égyptiens pour se protéger des maladies vénériennes, sans grande vocation contraceptive donc. Boyaux et vessies d’animaux sont également utilisés un peu plus tard par les Romains, tandis que les Chinois, jamais à court d’idées, inventent vers le XXe siècle de notre ère, un préservatif fait … de papier de soie huilé. Moins poétiques, les Japonais utilisent quant à eux, sous le nom de Kabuta-gata, des préservatifs fabriqués en écailles de tortues ou en cuir qu’ils rangeaient dans des «boîtes joyeuses ». Très rigides, et pour cause, ces préservatifs pouvaient aussi servir de godemichés.

Capotes sous le manteau
En Europe, le «gant de Vénus», une sorte de fourreau d’étoffe légère imbibé d’une décoction d’herbes et fait sur mesure, est inventé au XVIe siècle par le chirurgien et anatomiste italien, Gabriel Fallope, qui teste son efficacité contre la syphilis sur plus de mille hommes. Le test semble concluant (aucun n’attrape la maladie) mais, peu pratique et peu étanche, son invention ne connaît pas le succès espéré et est assez rapidement abandonnée au profit des traditionnelles capotes en boyaux d’animaux, pourtant tout aussi peu confortables et peu fiables. Celles-ci étaient ornées d’un petit ruban de soie qui permettait de les attacher au corps du délit. Elles font fureur tout au long des XVIIe et XVIII" siècles, principalement dans les bordels et parmi l’aristocratie. Prévenantes, certaines hôtesses en distribuaient même lors de soupers fins. Mais la capote ne plaît pas à tout le monde. Condamnée par l’Église et interdite par les autorités, sa vente se fait sous le manteau.

Cinq ans de garantie
Il faut attendre l’invention de la vulcanisation
par Goodyear, en 1839, pour voir apparaître la production en masse des premiers préservatifs en caoutchouc, nettement plus fiables. Selon les pubs de l’époque, ils étaient lavables et réutilisables. Certains étaient même garantis cinq ans! La première capote en latex sera produite vers 1880, mais il faudra attendre 1930 pour que son usage se généralise. Les catalogues coquins du début du XXe n’avaient en tout cas pas grand-chose à envier à ceux d’aujourd’hui.
On pouvait déjà alors se procurer des préservatifs parfumés, de différentes formes et textures, et même avec réservoir. On n’a rien inventé!
Small ou Extra-large?
Le préservatif, c’est comme les chaussures: trop serré, c’est inconfortable. Trop grand, on flotte dedans et on risque à tout moment de le perdre, ce qui n’est pas sans inconvénients en plein transport amoureux. Or le pénis moyen en érection a beau faire dans les 15 cm, il n’est en réalité pas un zizi qui se ressemble vraiment. Selon les marques et les modèles, la taille des préservatifs diffère elle aussi: en Europe, leur longueur varie de 170 à 215 mm de long et de 49 à 60 mm de diamètre. La taille standard, celle que l’on trouve dans les distributeurs par exemple, est de 180-185 mm de long pour 50 mm de diamètre. Elle convient à la plupart des hommes. Mais certains peuvent avoir besoin d’un préservatif plus long ou, et c’est plus fréquent, plus large. Il faudra alors opter pour un modèle XL ou King Size. Attention tout de même à ne pas surestimer ses mensurations. D’après les fabricants, beaucoup de ceux qui achètent des grandes tailles pourraient se contenter du modèle standard !

Condom-sur-latex
Plusieurs théories circulent quant à l’origine du mot «condom». Une des plus connues veut que son inventeur soit un certain Monsieur Condom ou Conton qui, en récompense de son invention, aurait été fait chevalier par le Roi Charles IL porté sur la chose, comme pas mal de souverains français. Il n’en est rien, de même que l’origine du mot Condom n’a strictement rien à voir avec la ville française du même nom, dans le Gers.
Une autre théorie fait venir le mot du latin «condus» qui veut dire «respect» ou «condere» que certains traduisent par «cachen> ou «protéger». L’origine de l’expression «capote anglaise» est par contre un peu plus avérée. On la doit probablement à l’illustre Casanova qui en faisait, on s’en doute, un abondant usage et qui avait pour coutume .de les appeler également «calotte d’assurance» ou «redingote anglaise». Les premiers à fabriquer des préservatifs à grande échelle et à en vendre en pleine rue furent d’ailleurs aussi les Anglais et cela dès le XVIIIe siècle

Elle court la maladie d’amour

Elles sévissent toute l’année, mois c’est l’été, quand les corps s’abandonnent volontiers dons l’insouciance, que les MST gagnent du terrain. Comme souvenir de voconces, il y a mieux!

Par Barbara Dersi. Photos DB.

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) se développent avec ou sans symptômes; après la contamina­tion par un virus, une bactérie, un parasite ou une mycose lors d’un contact sexuel. Elles ne sont pas toutes mortelles, certaines se soignent facilement; mais non traitées, elles peuvent entraîner des infections graves, rendre stérile ou augmenter le risque de cancer. On peut être porteur et contagieux durant des années sans le savoir.
Alors, si malgré tous les messages de prévention, vous oubliez de vous protéger; faites un dépistage, dès que possible.
Les mycoses, plus ou moins contagieuses, gênantes et récidivistes, elle apparaissent à la suite d’un déséquilibre de la flore vaginale, dû à des toilettes intimes fréquentes avec un produit inadapté ou encore à certains traitements antibiotiques ou hormonaux …
Le Sida. En 2004, 948 cas de contamination ont été recensés en Belgique. Cela correspond à 3 personnes contaminées dépistées par jour. Mais de nombreuses personnes ignorent être porteuses du virus! Certes, des progrès ont été faits, mais on n’en guérit toujours pas!
Source: www.aideinfosida.be

La gonorrhée (femme) ou blennorragie (homme) provient
d’une bactérie. Contagieuse dès la contamination, elle touche les organes sexuels, urinaires mais aussi la gorge. Ses symptômes: sensations de brûlure, douleurs et infections multiples. Les chlamydiae peuvent provoquer les mêmes réactions.
La syphilis n’a pas disparu! Très bien soignée aujourd’hui, si elle n’est pas traitée, elle peut être mortelle! Son temps d’incubation est de 14 jours à 3 mois, durant lesquels apparaissent les premiers symptômes. Une ulcération (plaie) sur la bouche ou les organes sexuels qui disparaît au bout de 2 semaines; mais la maladie elle, persiste!
L’herpes: le virus labial ( bouton de fièvre ou HSV 1) se transmet aux organes génitaux et le génital (HSV2) peut se transmettre à la bouche; pas besoin de vous faire un dessin! Il peut rester inactif durant des années, passer totalement inaperçu et se transmettre même hors période de crise.
Plus d’infos : www.herpes.assofr
L’hépatite B : même mode de contamination que le sida mais plus contagieuse et plus fréquente! Symptômes: grande fatigue, nausées, perte d’appétit, des urines sombres et des selles claires. Elle peut évoluer en une inflammation chronique du foie dont l’issue peut être fatale. Un vaccin existe, généralement combiné à celui contre l’hépatite A
et est plus que vivement conseillé.
Un seul allié !
Le préservatif encore et toujours. Et bien utilisé s’il vous plait ! Le choix est vaste! Formes, matières, textures, parfums, il y en a même au goût chocolat! Attention certains sont justes des gadgets et ne protégent de rien!

Comment utiliser un préservatif ?

Les 9 conseils de base pour une bonne utilisation du préservatif
Conseil 1 : Commencer par s’exercer en solitaire.
Si c’est la première fois, surtout ne pas hésiter à s’exercer en solitaire avant de passer à l’acte. Jeter le préservatif utilisé.

Conseil 2 : Un préservatif ne s’utilise qu’une seule fois.
Employer un nouveau préservatif à chaque pénétration.

Conseil 3 : Ne jamais utiliser deux préservatifs l’un sur l’autre.
En raison du frottement qu’ils exercent l’un sur l’autre, le risque d’abîmer les préservatifs peut être augmenté.

Conseil 4 : Ne jamais tester un préservatif avant emploi.
Chaque préservatif individuel a déjà été testé électroniquement. Le fait de le dérouler ou de le gonfler ne peut qu’abîmer le préservatif et augmenter le risque de déchirement.

Conseil 5 : Ne jamais utiliser de lubrifiant à base d’huile.
Les lubrifiants à base d’huile, tels que vaseline, beurre, huiles et crèmes de soin, peuvent endommager le préservatif en altérant le latex. Si la lubrification est insuffisante, utiliser un lubrifiant compatible à base d’eau comme Sensilube™ ou Durex Topgel™.

Conseil 6 : Vérifier la compatibilité des produits utilisés avec le préservatif.
Toujours demander à son médecin ou pharmacien si les produits (médicaments ou autres) destinés à être appliqués sur le pénis ou dans le vagin sont bien compatibles avec le préservatif.

Conseil 7 : Prendre garde aux objets coupants.
Malgré leur solidité, les préservatifs peuvent être endommagés par des objets coupants. Attention aux coups d’ongles abîmés ou pointus, aux dents et aux bagues.

Conseil 8 : Conserver les préservatifs dans un endroit approprié.
Les préservatifs doivent être conservé dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière directe du soleil et de l’ozone. Ne pas les mettre au réfrigérateur ou dans la boîte à gants d’une voiture. Eviter les endroits où le préservatif s’abîme facilement, comme par exemple dans un portefeuille.

Conseil 9 : Ne jamais utiliser de préservatif périmé.
Sur chaque emballage (individuel) figure la date limite d’utilisation. Ne pas utiliser le préservatif après cette date.

Remarque: Le préservatif est destiné à usage vaginal. Il est à noter que les rapports autres que vaginaux peuvent augmenter le risque d’abîmer le préservatif. Consulter son médecin à ce sujet.

Comment le mettre le préservatif ?

Ouvrir délicatement l’emballage individuel par le milieu et en sortir le préservatif. Attention aux objets coupants qui pourraient endommager le préservatif.

Ne mettre le préservatif que quand le pénis est entièrement en érection. Avant la mise en place du préservatif, éviter tout contact entre le pénis et le corps du partenaire. Il se peut qu’une goutte de sperme s’écoule avant l’éjaculation. Pincer le haut du préservatif (le réservoir) entre les doigts afin d’en chasser l’air. Si le préservatif ne possède pas de réservoir : dérouler le avant emploi sur 1 à 2 cm afin de créer un réservoir. Toujours vérifier que la partie à dérouler se trouve à l’extérieur. Placer le préservatif sur le bout du sexe et le dérouler aussi loin que possible tout en maintenant le réservoir. Ne pas forcer si le préservatif ne se déroule pas : il est peut-être posé à l’envers. Le jeter et en prendre un autre, car du sperme peut déjà se trouver sur le préservatif. Si le préservatif est posé correctement, le réservoir ne contiendra pas d’air. S’il s’avère qu’il y a quand même encore de l’air dans le réservoir, ne pas prendre de risque: jeter le préservatif et en prendre un nouveau. Se retirer après l’éjaculation et avant la fin de l’érection, tout en retenant le préservatif à la base du sexe. Ce petit geste évitera la perte du préservatif. Veiller à ne pas avoir de sperme sur les mains et éviter tout contact du pénis et du préservatif usagé avec le corps du partenaire. Rouler le préservatif usagé dans un papier et le mettre à la poubelle. Ne pas le jeter dans les toilettes.